SAINT LAURENT LES TOURS, Vendredi 17 Septembre 2021,
|
Cérémonie 11 novembre 2021
Place de la mairie
Vue du château
Nouveau conseil municipal
Le Château
Jean Lurçat : Biographie
1892

Naissance de Jean Lurçat à Bruyères (Vosges). Les parents de Jean souhaitent le voir se consacrer à la médecine militaire. Très vite, il décide d'abandonner la médecine et devient l'élève de Victor Prouvé, Fondateur de l'École de Nancy.

1912 Départ pour Paris. Fréquente quelques semaines l'École des Beaux-arts, puis entre à l'Académie Colarossi. Devient l'élève du graveur Bernard Naudin.
1913 Fonde avec trois amis une revue. Les feuilles de mai, à laquelle collaborent Bourdelle, Elie Faure, Vildrac Rilke, André Spire, Ilya Ehrenbourg. Se lie d'amitié avec J.P. Lafitte, peintre fresquiste.
1914 S'engage dans l'infanterie, mais tombe bientôt malade.
1915 Peint et fait sa première lithographie. Retourne au front en juillet.
1917

Expose à la galerie Tanner, à Zurich. Fait exécuter par sa mère ses premières tapisseries au point de canevas : Filles vertes, Soirée dans Grenade.

1919 Démobilisé. Part pour Genève.
1920 Voyage à Berlin, Munich et Rome, Naples, Palerme. Marthe Hennebert, son épouse, exécute ses tapisseries au point de canevas. S'installe à Paris, rue Nollet (18ème) Expose à Zurich (galerie Tanner), Genève (Moos), à la Kunsthalle de Berne, au Salon des Indépendants à Paris.
1921 Compose décors et costumes pour la Compagnie Georges et Ludmilla Pitoëff. Se lie avec Max Jacob, les peintres Bosshard et Louis Marcoussis.
1922 Première exposition Lurçat à Paris (gouaches, huiles). Cinquième tapisserie, Le cirque pour le salon de Mme Cuttoli. Exécute une grande décoration murale au château de Villefix (propriété de M. Edmond Bernheim).
1923 - 1927 Voyage en Espagne, en Afrique du Nord, en Grèce et en Asie Mineure. S'installe 4, villa Seurat, dans la maison bâtie par son frère André Lurçat. Expose à Paris, galerie Jeanne Bucher.
1928 Voyage en Grèce, Italie, U.S.A. Expose à la Valentine Gallery (New York) des peintures et des gouaches. Participe à la première exposition d'art français contemporain, organisée à Moscou.
1929 Janvier et février : voyage au Maroc.
1930

Expose à Londres, New York. Illustre Les limbes, de Ch. A. Cingria, aux éditions Jeanne Bucher (neuf pointes sèches). Fait exécuter aux ateliers Hennebert, à Toulouse, la tapisserie L'été. 20 m2 (canevas)

1931 S'installe à Vevey, en Suisse, avec sa famille. Expose à Berlin, Philadelphie, Paris (galerie Vignon)
1932 Compose à Zermatt (Suisse) huit grands dessins à la plume qui seront édités par J. Bucher sous le titre PPC (pour prendre congé)
1933

Compose les décors et costumes d'un ballet. Les Faux Monnayeurs, d'après André Gide. Première tapisserie exécutée à Aubusson, chez Mme Delarbre, d'après un carton peint commandé par Mme Cuttoli : L'orage.

1934

Séjourne à nouveau à New York où il compose les décors et costumes du nouveau ballet pour la compagnie des "American Ballets". Exposition des peintures et de gouaches au Musée de l'Art moderne occidental de Moscou.

1936 Nouvelle exposition à Londres. Première tapisserie tissée à la Manufacture nationale des Gobelins Les illusions d'Icare offertes par l'État à la Reine de Hollande.
1937

Invité par Maingonnat, directeur de l'École des Arts décoratifs d'Aubusson. Exécution à l'atelier-école d'Aubusson de la tapisserie Bosquets (2,09 x 1,65 m). Rencontre avec François Tabard. Juillet : révélation capitale, il découvre l'Apocalypse d'Angers.

1939

Exposition à New York et au Petit-Palais, à Paris, chargé avec Gromaire et Dubreuil de mission par le ministère de l'Éducation nationale, dans le but de composer à Aubusson, quatre tentures murales de 16 m2 chacune. Les Quatre Saisons et d'en Surveiller l'exécution. Le Musée national d'Art moderne acquiert Jardin des coqs et l'homme aux coqs.

1940 Collabore avec André Derain pour La Chasse, tapisserie composée à "quatre mains" et avec Raoul Dufy pour lequel il numérote le carton Le bel été.
1941 - 1942 Travaille en collaboration avec R. Dufy, à Collioure, puis s'installe dans le Lot où il participe à la lutte clandestine. Décidé de se consacrer à la tapisserie. Exécute une tapisserie, Liberté, qui a pour thème le poème de Paul Eluard.
1943 Première exposition de tapisseries contemporaines à Toulouse, au Musée des Augustins. Publie, dans la revue "Formes et couleurs", n° 6, 1943. Révolte contre le tableau de chevalet.
1944 Exposition à Paris, galerie Carré, "20 tapisseries". Part pour le maquis. Est nommé membre du Comité de Libération du Lot. Dirige pendant plusieurs mois l'hebdomadaire "Liberté" et la revue "Les étoiles du Quercy".
1945

Acquiert les Tours Saint-Laurent (Saint Céré). A la Libération fonde avec d'autres artistes "Association des Peintres-Cartonniers de Tapisserie (A.P.C.T.) dont il est nommé président.

1946 Exposition "La tapisserie française du Moyen Age à nos jours", au Musée national d'Art moderne, à Paris (puis à Amsterdam, Bruxelles et Londres, en 1947).
1947 Compose la Tapisserie de l'Apocalypse (4,55 x 12,10 m) pour le chœur de l'église d'Assy et Le vin (4,04 x 10,50 m) pour le Musée du Vin de Bourgogne, à Beaune. Publie, chez Pierre Cailler, à Genève : Travail dans la tapisserie du Moyen Age et Le Bestiaire de la Tapisserie du Moyen Age. Chez Bordas, à Paris : Tapisserie française. Première exposition au Casino de Saint Céré.
1948 Séries de conférences et d'expositions en Angleterre, Belgique, Tchécoslovaquie.
1949 - 1950 Exécute des lithographies en couleurs destinées à illustrer La création du monde. Vingt fables de La Fontaine. Le monde merveilleux des insectes.
1951

Exécute une série de gouaches, Le Bestiaire fabuleux. Conférences sur la tapisserie contemporaine à Varsovie, Cracovie, Copenhague, Stockholm, Bâle. Fait exécuter ses premières céramiques à la Poterie Saint-Vicens, à Perpignan.

1954 Compose une très importante tapisserie : Hommage aux morts de la Résistance et de la Déportation (4 x 12 m) destinée au Musée national d'Art moderne, à Paris.
1958 Grande exposition représentant l'ensemble de son œuvre au Musée national d'Art moderne de Paris. Compose deux grandes tapisseries pour le Palais Farnèse (Ambassade de France à Rome).
1959 Compose la mosaïque de la façade de l'église de Maubeuge (architecte, André Lurçat), une céramique. Les quatre éléments, pour la Maison de la Radio de Strasbourg. Il est nommé membre de l'Académie nationale des Beaux-arts du Portugal et de l'Académie royale de Belgique.
1961

Compose une céramique de 10 m2 pour un groupe scolaire, à Saint-Denis, et un panneau de céramique de 60 m2 pour la Poterie Sant-Vicens, de Perpignan. Fondation à Lausanne du Centre international de la Tapisserie ancienne et moderne dont il est élu président. Une de ses tapisseries, Etoiles de Paris, est offerte par le Président de la République à Sir Winston Churchill.

1962

Rétrospective de l'œuvre peinte de Jean Lurçat (1960-1962) à la galerie Stiebel, à Paris. Participe à la première Biennale internationale de la Tapisserie, à Lausanne, et prononce le discours d'ouverture.

1er juillet : conférence prononcée au théâtre d'Aubusson à l'occasion de la cérémonie qui l'a fait citoyen d'honneur des villes d'Aubusson-Felletin.

Importante exposition de son œuvre peinte et tissée à Zurich et Stuttgart. Exécute une grande fresque pour l'Ambassade de France au Dahomey, compose de nombreuses tapisseries, Le vin et la musique (5,93 x 12 m) pour la mairie de Cologne, d'autres pour le Casino de Knokke-le-Zoute, le Théâtre de Nimègue, l'Union internationale des Chemins de fer. Conférences en France, Suisse, Allemagne et U.R.S.S.

1963 Le Président de la République offre la tapisserie Le Zodiaque et la Nuit au Président du Mexique à l'occasion de sa visite en France.
1964

Exposition personnelle de tapisseries dont Le Chant du Monde, céramiques et bijoux au Musée des Arts décoratifs de Paris.

Plusieurs tapisseries sont offertes par la Présidence de la République aux Présidents du Brésil, d'Uruguay, du Paraguay et au roi Constantin de Grèce. Le 19 février 1964, il est élu à l'Académie des Beaux-arts.

1965 Voyages au Mexique et en Grèce.
1966 Meurt le 6 janvier, à Saint-Paul-de-Vence. Inhumé à Saint-Laurent-les-Tours.